trek himalaya trek

Yéti, d'accord, mais juste un doigt ;-)...

Yéti, d'accord, mais juste un doigt ;-)...

Je n'arrête pas d'être étonné par mon copain le Yéti.
En cherchant bien, il est présent un peu partout.

Je viens de le découvrir dans une Bande Dessinée qui sort actuellement dans toutes les bonnes librairies....

La Main de Pangboche, T1 (André Tayman)
Cet album est particulier, c'est un Tirage de Luxe, un tirage à 666 exemplaires, signé, avec un certificat et un doigt de Yéti momifié.
Oui, vous avez bien lu, un doigt.
Un objet " super-collector ", car le doigt n'a été produit qu'à une centaine d'exemplaires, réservé au départ aux libraires.

main.pangboche

line.gif

Un petit résumé pour ceux qui seraient intéressés :
" Katmandou. Roxane Leduc, une jeune femme spécialisée dans les antiquités, assiste de peu à l'accident mortel d'un homme qui venait de lui confier les secrets d'une relique... Le doigt momifié d'un yéti qui a été volé dans le Monastère de Pangboche à la fin des années 90.
Roxane décide alors de partir, avec la relique, aux portes du parc national du Langtang, le " royaume des trekkeurs ", afin de percer les mystères qui entourent cet étrange doigt. Première étape : rencontrer le policier qui a enquêté sur le vol. "

C'est bien joli tout cela, mais ça ne reste qu'une BD, non ?

taymans.roxane.la.main.de.pangboche.doigt

line.gif

Oui, mais le fond de cette BD se base sur une histoire vraie.

Le premier à en avoir parlé, c'est le millionnaire américain Tom Slick qui, vers 1957, dépensa une fortune pour monter des expéditions de recherche afin de prouver l'existence du Yéti. A l'occasion de ces missions d'exploration, on lui parla d'une main momifiée très étrange dans un monastère qu'il put prendre en photo.

Deux ans plus tard, en 1959, une autre expédition rassembla davantage d'informations sur cette main. L'un des explorateurs, Peter Byrne, insista longuement auprès des moines afin qu'ils l'autorisent à prendre la main pour l'étudier en Occident, mais les religieux opposèrent un refus catégorique.
Peu scrupuleux, Byrne entreprit alors de dérober des morceaux d'os de la main de Pangboche auxquels il substitua des ossements humains.

Reparti en Inde, il confia les os à l'acteur James Stewart qui les cacha dans ses valises pour les sortir du pays sans être inquiété. En 1960, Sir Edmund Hillary, l'alpiniste qui avait conquis l'Everest, enquêta sur la main de Pangboche. Mais ignorant le vol de Byrne, il conclut que la main était un canular, formé d'une main humaine dont certains os avaient été remplacés par des os d'animaux.

main.yeti.pangboche
Image d'époque...
line.gif

Ce n'est qu'en 1989 que le cryptozoologue Loren Coleman, qui s'était plongé dans les archives de Tom Slick pour rédiger sa biographie, découvrit le larcin, qu'avouèrent ensuite Peter Byrne et James Stewart. Le consultant de l'expédition George Agogino confia alors avoir conservé des échantillons de la main de Pangboche.
Il accepta de les remettre à l'équipe de production du programme " Unsolved Mystéries " qui les analysa : il s'agissait de tissus très similaires à des tissus humains, mais qui n'appartenaient pas à un être humain. Mais bon, depuis la chose a été rectifiée...c'est bien un artefact humain.
A la fin des années 90, la main de Pangboche a été dérobée dans le monastère. Personne n'a jamais remis... la main dessus (;-) et les seules traces qui en subsistent sont quelques photos.

Pour ce qui est du crâne qui allait avec, les analyses ont montré qu'il s'agissait d'une peau de chèvre...

pangboche.yeti.crane.doigt.nepal

line.gif
Informations complémentaires :
A cette époque les États-Unis prenaient au sérieux cette " chasse au Yéti ", une note émise par l'ambassade des États-Unis au Népal et adressée au département d'état américain le prouve...
Son titre : Réglementations s'appliquant aux expéditions montagnardes au Népal relatives au Yéti.

" 2- Au cas où le Yéti est dépisté, il peut être photographié ou capturé vivant mais il ne doit pas être tué ou tiré sauf en cas d'urgence dans une situation d'autodéfense. Toutes les photographies de l'animal et la créature elle-même, qu'elle soit capturée vivante ou morte, doivent être remises au gouvernement du Népal dans les plus brefs délais.

3-Les informations et les rapports qui permettent de faire la lumière sur l'existence réelle de la créature doivent être soumis au gouvernement népalais le plus rapidement possible et ne doivent en aucun cas être donnés à la presse ou à des reporters sans la permission du gouvernement du Népal. "

Comme quoi, les temps changent, ;-)...

memo.yeti.usa

line.gif

Une question me vient en tête. Outre le fait de croire ou pas au Yéti, pourquoi, s'il n'existe pas, vouloir inventer autant de subterfuges pour le faire " avaler " aux populations locales ?
Pour les Occidentaux c'est un autre sujet, il semble qu'ils aiment tout particulièrement ces histoires incroyables, non ?

BD publiée aux éditions Paquet

laurent.neg.1


Vous aimerez peut-être ....







 

0 comm   page 1/1
 

  
Annuler     Poster un commentaire
 

Yéti, d'accord, mais juste un doigt ;-)...