trek himalaya trek

Traversée du Népal...les chiffres.

Traversée du Népal...les chiffres.

Vous avez bien assez langui....

Il est temps de démarrer les retours sur ce voyage de fous.
Si si, j'ai entendu certains utiliser ce terme...

Je retrouve donc mon ordinateur pour entamer les articles après cette (presque) traversée intégrale du Népal.
J'avoue que le retour a été plus difficile que d'habitude. D'ordinaire, j'enchaîne les voyages, rentre en Savoie, commence à trier les images et débute le rédactionnel.
Mais, après ces 4 mois au Népal, tout semble plus compliqué. Peut-être faut-il laisser un temps ou tout laisser reposer avant de s'atteler à la tâche.

Vous avez donc mon premier ressenti...

pop-b48/g-traversee.nepal.yeti.chiffre.3.jpg
4 mois, cela laisse quelques traces ;-)...

line.gif

Avant de vous livrer tout ce que j'ai à raconter, il faut bien revenir un peu sur cette traversée au travers des chiffres. Eh oui, 4 mois c'est long...
Un bon chiffre vaut mieux qu'un long discours :
  • 103 jours pour la traversée
  • 5 jours pour rejoindre le point de départ
  • 1203km, sans inclure les A/R pour chercher les bons passages...
  • 84097m de dénivelée positive
  • 84681m de dénivelée négative
  • 25 cols à plus de 5000m
  • 3 cols à plus de 6000m
  • Point le plus haut : 6245m
  • 6 x 8000m observés
  • 9 jours manquent pour rejoindre le camp de base du Kanchenjunga...
Ça, c'est pour les données principales. Pour les autres :
  • 8 douches chaudes
  • 52 Dal Bhat
  • + de 25 yaourts frais, de la Nak à la bufflonne...
  • 8,5 Rikikur en pays Sherpa...

Bien entendu, je pourrais décortiquer un peu plus. Savoir combien de nuits sous tente, combien à plus de 5000m...il est possible de retrouver facilement toutes ces données.

Je m'y pencherai certainement durant l'hiver.

Mais je pense que ces premiers chiffres sont assez parlants.


J'ai failli oublier le plus important : 1 million  de rencontres !


pop-b48/g-traversee.nepal.yeti.chiffre.5.jpg
Bergers à l'alpage


line.gif

Bien entendu vous pouvez trouver des itinéraires plus longs, avec plus de dénivelées cumulées, plus de plus...Mais vous n'êtes pas chez monsieur Bahlsen ;-)...
L'itinéraire répondait à une idée qui avait eu le temps de mûrir année après année. Je me rends compte que beaucoup de reconnaissances n'ont été réalisées qu'en suivant ce fil directeur. Mais je dois l'avouer, il était totalement inconscient...
Mais au final, le but était le même, préparer cette traversée.
Cette version proche de la frontière tibétaine est pour moi l'un des plus beaux parcours que l'on puisse mettre en place.
Bien entendu, avec le recul, il était tout de même relativement engagé.
Débuter par une grosse autonomie dans une région isolée, où les renseignements étaient inexistants, me semblait être un bon challenge pour entamer la traversée.
Et ce fût le cas !

pop-b48/g-traversee.nepal.yeti.chiffre.6.jpg
Il y a certains jours où j'en aurais bien croqué un...

Puis rejoindre le Dolpo, le Mustang et Phu en coupant des cols assez rarement empruntés en solo était aussi une très bonne idée. Il a fallu combattre beaucoup de doutes qui s'immisçaient tranquillement dans mon esprit. Avec la fatigue, ils ont été certains jours très difficiles à évacuer, je vous l'avoue.

Le Manaslu, s'est vite transformé en Manaslose comme les fois précédentes...
Troisième passage, mais je n'ai pas encore réussi à en voir son sommet bifide.
Je suis maudit !

line.gif

Les basses vallées ont aussi apporté leur lot de surprises. Il est rapide de progresser entre 1500m et 3000m, mais il est parfois compliqué de trouver le bon chemin. Ces vallées représentent la vie népalaise, entre culture et élevage.
D'un village à l'autre, c'est assez simple, en passant par les champs de millet, de riz...il suffit de demander son chemin. D'un village à l'autre par un col, tout se complique.
On demande toujours son chemin, mais les explications sont assez simples : oui, il y a bien un chemin qui va là-bas. A vous de le retrouver parmi la multitude de sentiers qui s'offrent à vous.

pop-b48/g-traversee.nepal.yeti.chiffre.1.jpg

J'ai aussi dû renoncer à un col que j'avais en tête depuis longtemps, la mousson ne m'a pas laissé l'opportunité de l'entrevoir. Étant donné qu'il s'agissait d'un passage très sauvage, il était impossible de s'y engager sans voir plus loin que le bout de son bras. Mais en contrepartie, nous avons pu découvrir l'étendue de la voracité des sangsues. Je pensais en avoir fait le tour à Madagascar...mais je me trompais.
Nouveau chiffre : plus de 100 de ces charmantes bestioles nous parcouraient le corps à longueur de journée, et ce durant 5 jours... J'ai pu découvrir qu'il en existait au moins deux espèces au Népal (650 dans le monde), à la bonne heure...

line.gif

Puis arrive, la haute altitude en continu...l'image d'Épinal du Népal. Des montagnes, des montagnes et encore des montagnes...
Il suffit pour cela d'enchaîner tout simplement la Rolwaling, puis le Khumbu, les trois cols et de terminer au camp de base du Manaslu.
Ce qui donne pour les cols :
  • Tashi Lapsa, 5770m
  • Renjo la, 5411m
  • Cho la, 5373m
  • Kongma la, 5542m
  • Amphu Lapsa, 5856m
  • West col, 6185m
  • Sherpani la (une variante pour tout dire...), 6245m
Pour les sommets de plus de 8000m, dans cette portion :
  • Everest
  • Lotse
  • Cho Oyu
  • Makalu
pop-b48/g-traversee.nepal.yeti.chiffre.2.jpg
Le Makalu...tout au fond.
line.gif
Vous voici donc bombardé de chiffres, mais comme je l'ai écrit plus haut : un bon chiffre vaut mieux qu'un long discours.

Au regard de toutes ces données, vous vous doutez bien que nous avons vécu une véritable Aventure que je vais vous raconter tout au long de l'hiver.
J'espère qu'il sera long et froid que je puisse vous dévoiler tout ce que j'ai en tête...

On se retrouve donc très bientôt...

laurent.neg.1

Vous aimerez peut-être ....







 

2 comms   page 1/1
 
Magali2 janvier 2016
Merci Laurent pour ce début de commentaire.
Nous apprécions encore plus ce superbe voyage (tout était démesurément impressionnant !).
J'espère que pour Anne et pour toi.
Laurent votre moral et votre physique vont tout à fait bien maintenant.
Je vous souhaite une année radieuse dans l'attente de nouvelles aventures et de la fin de cet itinéraire grandiose et splendide malgré la rudesse.
Karine22 décembre 2015
On ne revient pas indemne d'un " voyage sur la lune " c'est le syndrome de l'accomplissement absolu...que décrivent tous ceux qui sont allés loin..très loin...et après?
Et après il faut presque réapprendre et retrouver les plaisirs simples !
Ne pas quitter Terre ;)

  
Annuler     Poster un commentaire
 

Traversée du Népal...les chiffres.