trek himalaya trek

Kalo Pothi, film népalais à l'honneur pour bien débuter 2016

Kalo Pothi, film népalais à l'honneur pour bien débuter 2016

Il n'est pas donné toutes les semaines de se transporter, en fauteuil, jusqu'à un petit village du nord du Népal, auquel aboutissent deux ou trois chemins de terre.
C'est là que vivent Prakash et Kiran...

Je vous livre le synopsis :
" Dans un petit village du nord du Népal, Prakash et Kiran, deux amis inséparables malgré leur différente caste, décident d'élever une poule afin de gagner un peu d'argent en vendant les œufs. Mais un jour, la poule disparaît. Pour la retrouver, ils partent en voyage, inconscients des dangers amenés par le fragile cessez-le-feu de la guerre civile. "
Le thème ne vous inspire pas trop, alors je vous donne quelques informations qui devraient vous aider un peu plus :
  • C'est le premier film népalais sélectionné à la Mostra de Venise
  • Il a reçu le prix du meilleur film de la Semaine de la Critique
  • Il a participé au festival de Busan

Alors tentés ?

Pour ma part, je ne suis pas sûr de pouvoir le regarder sur un grand écran dans une salle de cinéma, oui j'habite toujours au fin fond de la Savoie...

J'attends donc vos retours...


kalo.pothi.affiche.1kalo.pothi.affiche.2














Deux affiches pour un même film...

En France nous avons gardé le titre original, alors que dans les pays anglophone, il a été traduit en " Black Hen " : la poule noire...
Pour nous, ce sera " Un village au Népal ", oui, pourquoi pas...

La poule, est aussi l'une de mes passions. Si si, vous n'avez qu'à regarder ICI.
Des poules en vrai, avec plumes et œuf...et non pas la version de luxe, je n'ai pas les moyens ;-)...

line.gif

Pour ceux qui auraient oublié quelques données, un petit rappel s'impose :

La guerre civile au Népal, quelque 130000 morts...
1996
Le Parti communiste népalais, d'inspiration maoïste (du côté indien), lance les hostilités en février, via son bras armé, l'Armée Populaire Népalaise. Il demande le départ du roi Birendra et l'instauration d'une république.
2001
Un règlement de comptes familial, attribué à l'un des princes héritiers, décime la famille royale. Birendra, mort, est remplacé par Gyanendra.
2006
En avril, Gyanendra tente de s'arroger les pleins pouvoirs, mais un vaste mouvement populaire l'en empêche. En novembre, un nouveau premier ministre signe un accord de paix avec la guérilla maoïste.
Plus de 100 000 personnes auraient fui les combats.
2012
Mise en place par le Parlement d'une Commission vérité et réconciliation.

À suivre...

laurent.neg.1

Vous aimerez peut-être ....







 

3 comms   page 1/1
 
PierreURL      5 mars 2016
Bonjour Laurent

Ne désespère pas de l'intelligence de programmation des salles d'art et d'essai !
Il a été à l'affiche deux semaines durant à Grenoble et j'ai pu le visionner à Valence dans la Drôme au Lux la semaine dernière...
Ce film, tourné dans la mouvance toute nouvelle des réalisateurs népalais qui se désintéressent de Bollywood et de l'hyper violent, a de quoi séduire. Il y a déjà eu quelques superbes films comme Highway ou Pooja (et il y en a plein d'autres...), sans oublier l'exceptionnel "Destination Himalaya, le pays d'où vient le vent" (voir http://www.martinpierre.fr/blog/voyages/destination-himalaya-le-film.html, à ne pas confondre avec l'Himalaya d'Eric Valli, celui-ci a été tourné en 2002 par un coréen au Mustang et présente de manière intimiste en en filigrane la problématique des émigrés népalais dans le monde asiatique, malheureusement pas de DVD, sniff).
Pour revenir à Kalo Pothi, et pour compléter la connaissance sur les 10 ans de guerre maoïste au Népal, je recommande vivement la lecture du roman PALPASA CAFE de Narayan Wade qui vient d'être traduit en français.

A plus !
Marie5 janvier 2016
Tentée? Certainement...mais en dehors de Paris, très peu de salles projettent ce film, et dans ma région...rien !...même pas un cinéma d'art et d'essai !
C'est bien dommage!

J'en profite pour te souhaiter, Laurent, une très belle année 2016 pleine de projets qui se réalisent (de toutes façons, le contraire n'est même pas envisageable !!!) avec en point d'orgue, bien sûr, l'aboutissement de la grande aventure népalaise !
Martine4 janvier 2016
Dans son film, le réalisateur népalais Min Bahadur Bham a privilégié l'anecdote (la quête de la poule) à la leçon d'histoire (l'histoire du Népal est certes distillée à petites doses mais de façon efficace – Conflit national, castes…). Les événements sont vus uniquement au travers du regard des 2 enfants, ce qui contribue à rendre léger un sujet grave.
Ce choix est plutôt subtil et habilement mis en scène.
Malheureusement, lorsque la guerre ressurgit après un cessez-le-feu fragile, les enfants sont confrontés, au détour d'un sentier, à la cruauté des adultes, à une violence réelle et crue.
La dernière scène, que je ne dévoilerai pas par respect pour ceux qui n'ont pas encore vu le film, est la plus marquante du film.
Voilà, j'ai beaucoup aimé ce film, un film bouleversant qui raconte au final l'irruption de la guerre dans le quotidien de 2 jeunes garçons.
Le cinéaste ne s'attarde pas sur les paysages mais j'ai retrouvé dans ce film l'ambiance des villages reculés du Népal !
A voir absolument !

  
Annuler     Poster un commentaire
 

Kalo Pothi, film népalais à l'honneur pour bien débuter 2016